De l’art de ne pas donner suite à un premier rendez-vous tout en restant subtile


Que l’on fréquente assidument les sites de rencontres en ligne, que l’on ait des amis qui ne se lassent jamais de nous présenter des soit-disant « bons partis »  ou tout simplement que l’on fasse confiance au destin, il se peut que l’on vive un premier rendez-vous avec un parfait inconnu.

On ne peut alors espérer qu’une chose : que la magie opère. Sans quoi, la situation pourrait vite devenir gênante… surtout si la personne en face de nous, elle, nous trouve à son goût !

Premier rendez-vous : le scénario de l’horreur !

mauvais rendez-vous

Votre meilleure amie vous avait convaincue d’assister à un premier rendez-vous avec Dimitri, le soit disant beau gosse de son cours de dessin. Elle s’était mise dans l’idée de vous caser avant la fin de l’année, cultivant l’espoir qu’enfin, vous puissiez l’accompagner à des brunchs dominicaux en couple.

Face à son empressement vous aviez accepté. Vous vous étiez rendue à votre rendez-vous pleine de bonne volonté, mais rien n’y avait fait : cette personne ne vous plaisait pas.

Elle n’était pas inintéressante, grossière, ou carrément stupide, ce qui aurait constitué une raison plus que valable de couper court à la soirée. En y mettant du votre, vous auriez même pu lui trouver un air de ressemblance avec Jude Law (mais vraiment en insistant !). Seulement le feeling n’était pas passé entre vous. La diner était très plat, à la limite de l’ennui.  Vous répondiez à ses phrases toutes faites par des répliques bateaux et attendiez patiemment l’addition afin que chacun puisse enfin rentrer chez soi.

Mais c’était sans compter un aspect que vous n’aviez pas vu venir : votre partenaire pour la soirée, lui, ne s’était absolument pas rendu compte du désastre de la situation. Cette personne vous a avoué avoir passé un excellent moment et semble impatiente de réitérer l’expérience. Comment se sortir de cette situation inextricable ?

Comment ne pas donner suite à un premier rendez-vous ?

En jouant la carte de l’honnêteté

rendez-vous arrangé

Il s’agit de la réaction la plus simple et la plus droite ! Si l’on veut se sentir intègre, c’est sans doute la solution à adopter. A la fin de la soirée, vous expliquez à votre rendez-vous que vous ne préférez pas donner suite. Sans donner trop de détails – ce qui pourrait vite être blessant pour la personne que vous réfrénez – expliquez clairement que vous préférez en rester là, car vous n’avez pas l’impression que cela fonctionnera.

Même si vous êtes franche, essayez d’être le plus diplomate possible. Vous n’êtes pas là pour faire le procès de quelqu’un que vous ne connaissiez pas il y encore deux heures !

Avec un petit mensonge éhonté

Évidemment et dans l’idéal, on se passe de mentir. Néanmoins attaquer le problème de front peut s’avérer bien délicat. Surtout lorsque l’on n’a pas vraiment de choses à reprocher à la personne qui est en face de nous (dans le cas contraire, on n’a beaucoup moins de mal à foncer !). Par ailleurs, devoir expliquer à quelqu’un à qui l’on plait que pour nous, l’alchimie ne fonctionne pas du tout peut très vite devenir difficile !

Vous pouvez alors vous en sortir avec un petit mensonge : « j’ai récemment rencontré quelqu’un » , « je ne suis pas vraiment prête pour une relation » , « en ce moment je ne cherche pas à m’investir »

L’avantage : la personne en face de vous comprend tout de suite où vous voulez en venir. Le rendez-vous s’arrête ici. La personne repart sans être vraiment froissée.

L’inconvénient : votre rendez-vous peut se demander pourquoi vous vous êtes donnée la peine de venir si vous saviez d’avance que vous ne souhaiteriez pas poursuivre la relation. Par ailleurs la vérité peut arriver jusqu’à ses oreilles. Voilà pourquoi il est préférable de rester évasive !

 premier rendez-vous

En repoussant à plus tard

Si vous ne vous sentez vraiment pas prête à affronter le regard rempli de détresse de votre rendez-vous, vous pouvez remettre cette conversation à plus tard. Lorsque l’autre vous propose de vous revoir, restez la plus floue possible ( « pourquoi pas/j’y réfléchis/on se recontacte » ).

Si cette personne ne vous recontacte pas, vous êtes sauvée. Si au contraire, elle vous propose de vous revoir, déclinez poliment, en assurant qu’en ce moment vous avez la tête ailleurs. Puisque vous n’avez rien promis, que le contexte ne permettra pas à votre prétendant de vérifier vos dires et que les quelques jours ayant précédé le rendez-vous lui auront permis de prendre du recul, le refus sera certainement plus facile à être assimilé.

Quelle que soit la méthode que vous employez, essayez toujours de prendre en compte les sentiments de celui ou celle qui vous courtise. Restez-vous même, mais ne faites rien que vous détesteriez que l’on vous fasse !